L’accessibilité native devient-elle réalité ?

L’accessibilité native, aussi connue sous l’expression accessibilité inclusive, ou plus largement e-inclusion signifie qu’un produit mis sur le marché est conçu, puis livré pour être utilisable pour le plus grand nombre de consommateurs, indépendamment du fait qu’il aient une déficience ou un handicap, sans qu’ils aient besoin de quelque adaptation tierce partie que ce soit. Par exemple, lorsqu’un site web repose sur les standards, il a plus de probabilité d’être accessible à une majorité d’utilisateurs, comparativement aux autres. Lorsque les smartphones sont livrés avec un lecteur d’écran, des fonctionnalités de zoom ou d’aide aux toucher, nous pouvons parler d’accessibilité native. Nous pouvons même parler d’accessibilité intégrée lorsque les outils de développement et les APIs sont fournis pour aider les développeurs à rendre leurs applications d’emblée accessibles.

Historiquement, l’accessibilité n’a, au pire, pas été prise en considération, ou au mieux a été déléguée généralement à des solutions logicielle ou matérielles tierces. En pratique, cela signifie que les personnes handicapées doivent dépenser un budget supplémentaire pour accéder à leur propre ordinateur, leur propre téléphone, leur propre téléviseur. Ces solutions sont souvent très chères et pas toujours installables par les utilisateurs qui en ont eux-mêmes besoin. Ils doivent se faire aider de quelqu’un d’autre. Aujourd’hui, cette situation n’est plus acceptable ! Nous avons des standards et des recommandations, nous avons les techniques et les technologies, nous avons des lois dans la plupart des pays occidentaux. Alors pourquoi l’Internet est-il toujours aussi inaccessible (moins de 4 % des sites à l’échelle européenne sont conformes aux règles d’accessibilité, voir note 1 en fin d’article), alors que de plus en plus de produits de consommation courante sont accessibles à leur sortie d’usine ?
La notion d’accessibilité inclusive  été introduite en 2008 par la Commission Européenne qui a exigé que tout nouveau périphérique de communication soit accessible aux personnes en situation de handicap dès leur conception. Ceci implique, par exemple, qu’un téléviseur proposant des options de menus affichées à l’écran doit être utilisable par une personne aveugle, une personne âgée, une personne ayant un usage limité de ses bras. La première initiative remarquable en l’espèce fut celle d’Apple qui, bien avant l’apparition de ce concept, fournit depuis plusieurs années avec les Mac des fonctionnalités de lecteur d’écran, d’agrandissement et de changement de couleur. Ils ont franchit un nouveau grand pas en incluant ces fonctionnalités dans la majorité de leurs produits comme l’Iphone, l’Ipad ou l’Ipod Touch. Ce qui a pour conséquence cette chose incroyable et inédite qu’une personne aveugle peut acheter un Mac ou un Iphone, rentrer chez elle, le déballer et lancer elle-même l’initialisation et la configuration ! J’en ai fait la magique expérience avec un Ibidule.

Cette tendance s’est nettement accélérée ces deux dernières années. Windows 7, par exemple, comprend le Centre d’Accessibilité, lequel contient plusieurs outils tels que la loupe, des fonctions de configuration du clavier permettant rendre les combinaisons de touches plus faciles pour les personnes ayant des difficultés motrices, et un embryon de lecteur d’écran. Malheureusement, tandis que Mac est livré avec un lecteur d’écran mature et des voix localisées (voix française pour le marché français), Windows 7 ne propose que peu de fonctionnalités de lecture d’écran et une seule voix Américaine. Il semblerait que cela change radicalement avec Windows 8, si l’on en croit la démo du Narrateur faite sur cecitek.fr, hourra ! Grâce au système de vocalisation Orca, la distribution Ubuntu de Lynux est désormais intégralement installable par une personne aveugle ayant des connaissances suffisantes dans ce système d’exploitation (information diffusée lors du Clubcast de l’entre-deux-tours ! | Edencast).
Dans le monde du mobile, les choses évoluent également très rapidement. A la fin de l’année dernière, Nokia a décidé de mettre gratuitement à disposition, sur sa page de téléchargement, la suite de Code Factory comprenant Mobile Speek et Mobile Magnifier. En janvier 2012, google a sorti sa propre solution de lecteur d’écran pour le système d’exploitation Androi, nommée Ice Scream Sandwich. Ils fournissent même l’API qui va bien aux développeurs pour leur permettre de concevoir des applications accessibles. Et au début du mois de mai, BlackBerry a annoncé la disponibilité de sa propre solution appelée Blackberry Screen Reader (CF BlackBerry : un nouveau lecteur d’écran signé RIM | Edencast). Nous n’avons pour l’instant aucune information quant à leur outil de développement. Sony, quant à lui, commercialise un téléviseur dont les menus sont vocalisés.

Nous constatons que l’accessibilité est en train de sortir du monde la charité ou du « handicap business pour entrer dans celui du marché de grand consommation.  Ceci redessine clairement des nouvelles perspectives pour l’accessibilité et le handicap. En dépit de ce que l’on peut encore entendre, ils représentent un marché et beaucoup d’argent.
La question est donc, bien que nous ayons et des standards et des recommandations et des lois et des techniques et des technologies de moins en moins coûteuses comme les moteur de voix de synthèse et les gestionnaires d’évènements clavier, pourquoi l’Internet en est-il toujours dans un état d’esprit de l’ordre de l’âge de pierre vis-à-vis de l’accessibilité ? Internet est-il en dehors du monde des affaires ? Je ne le pense pas. Internet est-il plus complexe que des produits manufacturés ? Je ne le pense pas. Internet ne s’adresse-t-il qu’à des jeunes gens voyants, aux bras agiles et bien entendants ? Je ne le crois pas ! Alors pourquoi voyons-nous encore des sites flambants neuf et des applications pour smartphones inaccessibles ? On pourra m’opposer de nombreux arguments d’ordre culturels, techniques, historiques et je ne sais quoi. Le fait est que ce n’est aujourd’hui plus normal ni acceptable ! Mon espoir, ma conviction, ma croyance est que les grandes et riches firmes telles que Apple, Google, Microsoft ou Nokia qui ont un poids significatif sur le web, ont lancé un train irrésistible que nous devons prendre si nous ne voulons pas rester sur le quai. A bon entendeur, salut !

Note 1 :
selon une étude de la Commission Européenne datant de 2005, malheureusement non actualisée voir la Politique de l’Union Européenne (en anglais)

Mots-clefs : , ,

Laisser un commentaire